Gestion en bilan

Les unités de gestion

La gestion en bilan se fait à grande échelle (1 000 km² ou plus). Elle vise à garantir que l’exploitation de la nappe est compatible avec sa capacité de renouvellement et ne menace pas la pérennité de la ressource. Pour une gestion en bilan adaptée aux spécificités locales, le territoire du SAGE est subdivisé en unités de gestion croisant les étages géologiques avec le zonage géographique.

 

Le SAGE concerne les aquifères des étages géologiques au sein desquels sont identifiés des réservoirs classés du plus récent au plus ancien (plus profond) :

pucebulle Miocène ;

pucebulle Oligocène ;

pucebulle Eocène (localement subdivisé en Éocène supérieur et Éocène inférieur à moyen) ;

pucebulle Campano-Maastrichtien (Crétacé) ;

pucebulle Cénomano-Turonien (Crétacé).

 

Le zonage géographique s’appuie sur les limites administratives communales :

pucebulle Littoral ;

pucebulle Médoc Estuaire ;

pucebulle Centre ;

pucebulle Nord ;

pucebulle Sud.

 

Le territoire du SAGE comprend 23 unités de gestion.

 UnitesGestion

  

Le classement des unités de gestion

Pour chacune des unités de gestion, le SAGE a arrêté un volume maximum prélevable objectif (VMPO) compatible avec la pérennité de la ressource. Les valeurs des VMPO ont été déterminées à partir de simulations à long terme de l’état de la ressource à l’aide du Modèle mathématique nord aquitain (MONA) du BRGM.

Les ressources souterraines de chaque unité de gestion sont classées suivant l’écart entre le prélèvement constaté sur plusieurs années et le VMPO. Elles se répartissent en trois catégories :

classementUGpucebulle Ressources déficitaires si les prélèvements sont largement supérieurs au VMPO. L’unité est considérée comme étant en « mauvais état » à grande échelle, le retour à une situation plus équilibrée est prioritaire ;

pucebulle Ressources à l’équilibre si les prélèvements sont voisins du VMPO. L’unité est considérée en « bon état » à grande échelle. Si les contraintes de gestion en pression sont également respectées, elle est alors considérée en « bon état quantitatif »   ;

pucebulle Ressources non déficitaires si les prélèvements sont inférieurs au VMPO. L’unité de gestion est en « bon état » à grande échelle (ce qui n’exclut pas qu’il existe des problèmes locaux de gestion en pression) et de nouveaux prélèvements peuvent y être autorisés.

 

Actuellement, les prélèvements doivent être réduits pour l’Éocène centre et le Campano-Maastrichtien centre (déficitaires) et ne peuvent être augmentés pour l’Oligocène centre, l’Éocène Médoc-estuaire et le Campano-Maastrichtien Médoc-estuaire (à l’équilibre).